Pédophilie : la conscience peu élevée

J’ai cherché et je continue de chercher la raison pour laquelle les blessures de l’intime sont autant importantes, nombreuses, sur notre planète.

Pourquoi ?

Et, c’est en regardant l’une des vidéos de M Sylvain du Boullay que j’ai compris autre chose que des compréhensions liées à la reproduction, à la génétique, aux cycles de violences et aux réactions psychotraumatiques.

L’élévation de notre niveau de conscience.

J’ai le sentiment que vraiment la réponse pourrait venir de cette simple phrase. L’élévation de notre niveau de conscience.

Plus nous sommes en présence, plus nous sommes dans l’ici et maintenant, plus nous nous offrons à nous-même de l’Amour et plus nous agissons avec bientraitance, avec bienveillance. Plus nous sommes capables de venir au soutien de soi d’abord et des autres ensuite.

Pour reprendre les mots de M Sylvain de Boullay, notre pouvoir réside dans notre capacité à laisser la lumière que nous sommes revenir en nos mémoires.

Laisse la Lumière que tu es revenir en ta mémoire.

Comprendre que tout a un sens et que même si tu as traversé la pire des souffrances, tu es capable de te réunir à toi, de te soutenir, de te ressentir, de te guérir.

S’Aimer plus soi-même, avec plus d’attention, plus d’écoute à soi-même, se respecter dans tout acte, se protéger, s’accompagner, se choisir. Demander de l’aide.

C’est un sujet difficile que j’aborde ici. J’entends comme la petite voix qui dit : te rends-tu compte de ce que tu dis ? C’est un sujet sensible, on ne peut pas en parler comme ça !

Et, ma réponse : je ne peux plus en parler autrement.

Après toutes ces années à accueillir mes souffrances, mes blessures de l’intime, toutes ces années à écouter le pire traversé, à accompagner, je ne vois qu’une issue qui me rend plus heureuse, en paix, apaisée : me réunir à moi dans la Lumière que j’ai choisi d’incarner. Adresser de l’amour à cet autre qui ne voit pas encore la sienne. Accompagner celles et ceux mis sur mon chemin pour qu’ils voient la leur, la ressentent dans leur corps. Dans toutes leurs parties. Qu’ils comprennent qu’ils n’ont jamais été seuls et qu’ils peuvent tout surmonter.

Un jour, un matin, vous vous levez et vous êtes détaché de ce que vous avez traversé. Vous priez même pour ceux qui vous ont fait le pire, afin qu’ils puissent s’élever. Vous souhaitez que toutes celles et ceux qui ont traversé ces blessures puissent ressentir aussi ce soulagement.

Vous incarnez ce pour quoi le sens de la vie nous emmène sur son chemin : s’unir à sa part divine, à la bonté inconditionnelle. Et, alors, la magie s’opère. Vous lâchez prise et tout devient parfait de ce que vous vivez.

Il n’y a plus qu’â être.

Voici le documentaire qui m’a inspiré à vous écrire cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *