Blessure de l’intime, cette blessure qu’on pense ne pas porter

Cela fait maintenant plus de quinze ans que j’accompagne des personnes qui ont traversé des blessures de l’intime. Et, je constate de manière récurrente que, bien souvent, on ne doute pas avoir traversé de telles blessures. Parfois, on les minimise. Parfois, on se dit que « non, cela ne me concerne pas ». Ou alors encore, le corps parle mais l’esprit ne peut mettre en mots.

Reconnaître que son corps, son coeur et son âme ont traversé un événement qui a créé une blessure de l’intime est presque traumatisant en soi. On préférerait ne pas être né.e ou plutôt même parfois être mort.e plutôt que de se dire que oui, on a traversé un tel événement.

Et pourtant. Pourtant, nous sommes 1 femme sur 4, 1 enfant sur 5 et 1 homme sur 6 a avoir fait l’expérience des blessures de l’intime. Et, nous sommes donc 1 femme sur 4, 1 enfant sur 5 et 1 homme sur 6 à porter de telles blessures à l’intérieur de nous-même. Cette 6ème blessure de l’Âme.

Alors, suis-je*, êtes-vous* concerné.e ?

Voici pour se repérer.

Une blessure de l’intime est une blessure qui a éteint en vous la petite lumière. C’est comme avoir perdu une part de sa joie de vivre. Et, du coup, on ne se reconnait pas vraiment. Qui suis-je ? Pourquoi je ressens autant de mal-être au fond de moi ?

Une blessure de l’intime est une blessure qui a ébranlé notre corps et en premier nos parties intimes. Qu’ai-je vu ? entendu ? senti ? goûté ? touché ? ai-je été touché.e ? Je vis dans un corps qui ne semble pas m’appartenir, dans lequel je ressens trop ou au contraire dans lequel je ne ressens plus.

Une blessure de l’intime est une blessure qui est venu nous déconnecter de notre Amour inconditionnel de nous-même et pour nous-même, de notre part divine. Cette blessure est venue comme inscrire une nouvelle croyance en nous : je n’existe pas.

Et, pourtant. Pourtant, j’existe bel et bien. Je vis dans ce corps, je respire. Mais c’est comme si je ne m’y sentais pas confortable. Comme si je ne parvenais pas à y être en paix. Comme si je me sentais empêcher, toujours et presque de tout.

Si ces mots ont résonné en vous. Si vous vous questionnez. Si vous vous demandez mais, peut-être que moi aussi j’ai une blessure de l’intime et peut être que c’est de là que viennent mes problèmes ? mes troubles du sommeil ? alimentaires ? mon incapacité à m’épanouir dans ma sexualité ? dans un couple ?

Si vous vous questionnez, peut être est-il le moment venu d’aller regarder ce que vous avez réellement traversé ? de requestionner votre vie à l’aune de ces quelques indications ? Voir même d’aller jusqu’à m’écrire, me demander, pour ne plus être seul.e avec tout ça.

Vous pouvez être accompagné.e et aidé.e. Ecrivez-moi : jdesrutins@gmail.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *